· 

La tempête passe, les dégâts restent

Cette nuit, une tempête est passée sur nos toits,

Des vents violents ont balayé nos sommeils,

Des courants d’air ont traversé nos rêves.

 

Cette nuit, une tempête a fouetté nos façades,

Une pluie froide a lavé nos carreaux,

Des courants d’eau ont lessivé nos pensées.

 

Cette nuit, une tempête a secoué nos charpentes,

Des ondes bruyantes ont dépoussiéré nos greniers,

Des courants d’électricité ont court-circuité nos chimères.

 

Au matin, la table est rase et la tête vidée,

Au matin, les certitudes disparues, les questions oubliées,

Au matin, il a neigé.

 

Il faut se lever pourtant.

Il faut s’allumer.

Il faut avancer pourtant.

Il faut faire du feu.

Écrire commentaire

Commentaires: 0