· 

Ma femme est un véritable cordon bleu.

Vous aussi vous l’avez déjà entendu ? Ou celle-ci : « Je suis invité chez mon ami. Je me réjouis, sa femme cuisine si bien. » ou « Ce n’est pas moi qui cuisine, ma femme le fait tellement mieux que moi, et surtout elle adore ça ! »

 

N’est-ce pas touchant, cet hommage vibrant et sincère à ces cuisinières de rêve ?

 

Comment devient-on bon skieur ? On le sait bien, en regardant des descentes à la télévision. Comment devient-on forgeron ? En achetant les outils déjà finis, c’est évident. 

 

Personnellement, je n’ai jamais essayé la forge. Mais ce que je constate, c’est que je rate régulièrement la fondue, alors que mes autres plats sont plutôt réussis. Le fait que, dans une précédente vie, ce n’était jamais moi qui la préparait n'est peut-être pas un hasard.

 

Pourquoi suis-je capable de concocter une soupe, sortir du four une quiche ou cuisiner un risotto, mais pas une fondue ? Peut-être parce que je manque d’exercice pour cette dernière, de toutes ces micro-expériences qui font qu’on acquiert un savoir-faire ?

 

La corrélation est peut-être discutable, j’en conviens. Il n’empêche, je pense que “Ma femme cuisine tellement bien.” signifie souvent « Je ne mets pas les pieds dans la cuisine. ».

 

Par contre, si “Ma femme est un véritable cordon bleu.” s’accompagne d’un “Mais qu’est-ce qu’elle est nulle en vaisselle !”, c’est gagné.

Écrire commentaire

Commentaires: 0