· 

Ceci n'est pas un poisson d'avril

Parlons équipement

J’habite une ancienne maison. Construite au début du XXe siècle, elle a connu quelques transformations et rénovations minimes. Elle est pleine de détails qu’on ne trouve plus dans les habitations habituelles. J’y trouve par exemple une prise pour rasoir à côté du lavabo. Vous savez, cette prise sécurisée, créée à l’époque pour les salles d’eau. 

Y a du matos

Actuellement, les prises pour rasoir ont disparu des salles de bain mais, les équipements ne manquent pas. Porte-brosses-à-dent, porte-savon, miroir, poubelle, panier à linge, sèche-cheveux, pèse-personne, sèche-serviettes. Dans les WC : brosse pour nettoyer la cuvette, dérouleur de papier, porte rouleaux de papier, couvercle de WC, ventilateur. Dans les WC publics, on trouve même parfois des haut-parleurs qui diffusent de la musique et des sèche-mains électriques qui produisent un niveau de décibels délirant. Et à une époque, on trouvait même des cendriers vissés au mur à côté des WC, pour les envies de fumer intempestives. 

 

Objet du désir

Mais aujourd’hui,  il manque un truc dans nos WC ultra-équipés. Un objet qui n’existe pas (à ma connaissance). Un objet utile. Il manque un contenant, un distributeur. Un machin qui n’a pas de nom. Un bidule nécessaire. Une chose pour chaque femme de 15 à 55 ans. Un objet qui servirait à ranger, stocker, distribuer, déposer les serviettes hygiéniques, les tampons hygiéniques, les cups menstruelles, les protège-slips. Vous savez, ces objets que nous utilisons 3 à 7 jours de suite, toutes les 3 à 4 semaines durant les 40 ans de vie de notre fertilité.

 

On fait comment ?

Comment on fait quand on a ses règles, dans des toilettes privées ou publiques ? On pose où nos affaires de règle ? Par terre ? On les prend où nos objets menstruels ? Derrière nous sur la cuvette en se tordant le cou ? On installe une meuble prévu à cet effet ? Y a-t-il toujours une place prévue pour un meuble ? On visse une étagère murale ? On suspend du plafond un panier attaché à des cordes ? On remplit nos poches quand on va aux WC ? Et si on porte une robe sans poches ? Bref, il manque un truc. Une chose qui n’a ni nom ni existence. 

 

Un  truc moche

Ce serait à coup sûr un truc moche. Aussi moche qu’un distributeur de papier toilette, qu’un couvercle de WC ou qu’une brosse pour nettoyer la cuvette. Il serait vissé au mur, à côté du dérouleur. Il cacherait nos objets car notre intimité ne concerne que nous. Il se trouverait dans tous les WC. Privés ou publics. Dans les villas de propriétaires, et les appartements de locataires. Dans les restaurants, les toilettes des trains et même dans les cabines en plastique des festivals.

 

Du travail pour les designers

Ce machin qui distribue ou simplement permet de déposer nos affaires de règles serait moche mais les designers se pencheraient sur la question. De la même manière qu’ils essaient de créer des dérouleurs de PQ et des brosses pour cuvettes “design”, nos artistes des objets inventeraient des machins menstruels élégants, épurés, bien conçus, en bois, en ciment, chromés, en plastique recyclé, en osier, en carton, en feuille de palmier. 

 

Stop

Si des prises pour rasoirs et des cendriers pour WC ont été fabriqués à l'échelle industrielle, je pense qu'un objet utile pour nos affaires de règles est envisageable. Arrêtons de faire croire au monde que les règles n’existent pas. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0