· 

Le retour du rouge à lèvres

L'Adieu au petit bleu

Brutalement, tu es entré dans ma vie. En douceur, tu en sortiras. Objet à la glorieuse destinée de sauver l’humanité de la mort, voilette, fine comme une plume, voilage, lourd comme un handicap ; petit masque bleu, tu vas peu à peu quitter mon visage.

 

Je garde de toi un premier sentiment de rejet, suivi d’une résignation. Ce qui me rassure, c’est que tu ne t'es jamais mué en habitude. En juin 2021, il m’arrive encore de t'oublier.

 

Pendant ces mois de pandémie, toi et moi avons dû coexister. Il a fallu que je te fasse de la place, dans ma vie et sur mes lèvres. Mais au moment de te quitter, je me souviens de quelques gracieux services que tu m’as rendus.

 

C’est toi qui as dérobé ma bouche béante et bavante au regard des usagers, pendant que je dormais dans le train. 

Certains soirs d’hiver blafards, tu as dissimulé les rides de fatigue autour de ma bouche.

Régulièrement lavé à la lessive, tu m’as préservé de quelques agressions olfactives.

Sur un  quai de gare, dans un commerce, ou ailleurs, tu as voilé mes pleurs. 

Tu m’as permis de bâiller en toute impunité, sans la main de pudeur.

Avec toi, j’ai pu chanter à tue-tête, sur mon vélo en ville, sans que personne ne s’en aperçoive.

Et tu m’as offert ces innombrables micro-moments de bonheur, à chaque fois où, sortant d’une gare ou d’un commerce, j’ai pu t’ôter, et prendre l’air.

 

Petit masque bleu, je t’ai détesté. 

Petit masque bleu, nous allons nous quitter. 

Petit masque bleu, un vaccin va te remplacer.

Petit masque bleu, merci de m’avoir accompagnée. 

Petit masque bleu, c'est le rouge qui va habiller mes lèvres.

Écrire commentaire

Commentaires: 0